Méthode de communication écrite et orale 
Face à la page blanche, beaucoup éprouvent des difficultés à relier leur pensée à l’acte d’écriture, et la page reste immaculée ou se couvre de ratures désordonnées, signe d’un malaise intérieur. Ces obstacles affectent également les prestations orales qui s’appuient, dans ce cas, sur des notes trop denses ou peu organisées. Dans la première situation, l’orateur devient lecteur ennuyeux et, dans la seconde, il peut se laisser ballotter par son émotion ou les réactions de son auditoire.
En tant que formateurs en communication écrite et orale, nous avons été souvent confrontés à de telles attitudes amenant
très fréquemment une réaction de rejet face à toute prestation écrite. Certains délèguent à outrance tous les travaux rédactionnels tandis que d’autres jettent rapidement du texte sur papier ou écran pour en finir avec ces situations d’écriture, ne valorisant pas de cette manière la teneur de leur travail. Ils donnent, de ce fait, une image peu valorisante d’eux-
mêmes, à l’écrit comme à l’oral.